Mercredi 26 janvier deux mil onze; Rabat. - Tunisie suite; les "5+5"

Publié le par Paul-Marie Coûteaux

Pluie et froid sur le Maroc, à mon arrivée -mais joie magnifique, troublante, de retrouver une maison remplie d'enfants, tous les quatre de plus en plus charmants, remarquablement bien élevés, heureux de vivre, et de vivre au Maroc…

 

Bien entendu, il est souvent question, ici, des affaires tunisiennes, non pas seulement à propos de la contagion (qui n'est pas impossible, y compris ici, malgré la vigueur de l'attachement du peuple marocain à son roi), mais aussi parce que la question principale se résume de la même manière : ce qui est en jeu n'est pas tant le degré de conformité de tel ou tel régime avec les normes de la démocratie européenne, que le degré de confiance et l'intensité des coopérations inter-méditerranéennes, je veux dire les relations politiques, culturelles, économiques, et le système démographique entre les cinq ou six Etats d'Europe du Sud (France, Italie, Espagne, Portugal, Malte, Grèce) et les cinq ou six Etat d'Afrique du Nord (Egypte, Libye, Tunisie, Algérie, Maroc et Mauritanie) : de plus en plus, c'est desdites relations que dépendront l'ordre ou le désordre intérieur de ces Etats. Dans ce bassin de près de 400 millions d'hommes, beaucoup se joue pour nous tous -tout particulièrement pour la France du XXIème siècle. Or, ce bassin souffre de multiples déséquilibres et tensions pour qu'on laisse les choses aller telles qu'elles vont. Tensions entre les rives Nord et Sud, tensions entre les pays du Sud, tensions entre les gouvernements de ceux-ci et leurs populations, tentions entre les classes dirigeantes et les populations : les menaces vont partout croissant dans cette région desdites populations. C'est cela qu'il faut comprendre, anticiper, revoir de fond en comble -car à l'évidence, l'actuel statu quo ne peut plus durer : dans cette direction aussi, nous allons, à 'politique' inchangée, vers un chaos.

 

Pas le temps d'en dire davantage pour l'instant. Il me faudra en venir à tous ces points, un après l'autre, dans les jours à venir.

 

 

Publié dans Extraits du journal

Commenter cet article