Dimanche 9 octobre 2011

Publié le par Paul-Marie Coûteaux

Fus un peu étonné, tout à l'heure, lors de ma vespérale promenade à bicyclette, en apercevant la Mairie ouverte : elle l'est au service, du moins au bénéfice d'un parti politique, le Parti Socialiste, qui organise ses "primaires citoyennes". Est-ce bien conforme au service public, lequel est soumis à la règle de neutralité, comme l'Etat l'est à la règle d'impartialité ? Je me le demande, et me demande aussi pourquoi personne ne se le demande plus…

Quant au résultat, chacun semble s'esbaudir du "taux de participation",  soit plus de deux millions, ce qui n'est pas mal du tout. Succès certes relatif : 4% des inscrits, si c'est cela le "peuple de gauche", il faudrait croire que la gauche a perdu le peuple…

Mais ces hommes et ces femmes qui se sont déplacés témoignent d'un beau désir de "participer" -un certain appétit de démocratie qui augure bien d'une large participation lors de la véritable élection, celle d'avril. Je suis persuadé que, si les Français se déplacent alors en bon nombre, ce sera pour écarter les médecins impuissants, et la sombre équipe qui n'occupe le pouvoir d'Etat qu'aux fins de jouir de ses hochets dorés, en distribuant des pans entiers de tous côtés, à Francfort, à Bruxelles, à Luxembourg ou Washington, quand ce n'est pas à des associations et autres féodalités intérieures, modernes Etienne Marcel comme toujours alléchées par le cadavre de la souveraineté nationale. L'exercer, le Pouvoir, ils se sont débrouillés pour rendre la chose impossible : sans doute cette responsabilité leur donneraient-elle mal à la tête -je veux bien croire qu'il n'est pas simple de gouverner la France, quand on ne la connaît pas. Mais le peuple, lui en a besoin; et je ne doute pas qu'il le fasse entendre en masse au fil du prochain Printemps. 

Publié dans Extraits du journal

Commenter cet article