Jeudi 4 novembre 2010. Que nous sommes les véritables libéraux (et les prétendus libéraux des esprits totalitaires), suite…

Publié le par Paul-Marie Coûteaux

Libéralisme, suite… Un authentique libéral par exemple ne comprendrait pas qu'un gouvernement dépense 17 milliards d'euros, certes étalés sur trois ans, pour renflouer les finances de la Grèce, et, par là, les mécanismes, parfaitement artificiels de l'euro, tandis qu'il refuse dans le même temps d’inscrire au budget de l’Etat les crédits nécessaires à la construction d’un second porte-avion, si nécessaire à la permanence d’un groupe aéronaval français alors même qu’il en coûterait cinq fois moins cher. Quand comprendra t-on que les oligarchies au pouvoir, et notamment les partisans de l’Euro n’ont aucune conception de l’Etat et de ce qu’il se doit à lui-même, qu’ils sont les premiers à renverser l'ordre des priorités nationales, en somme qu'ils sont tout sauf libéraux ? C'est à une sorte de totalitarisme que nous avons affaire, pas à un libéralisme. Voir sur ce sujet l'ouvrage de jean Robin, "La nouvelle extrême-droite" qui démontre que, en tous sujets, en bafouant le suffrage universel, en refusant le pluralisme idéologique, en interdisant le débat sur nombre de sujets, en "racialisant" sans cesse le discours publics ces faux libéraux sont de véritables despotes -et que, les véritables libéraux, c'est nous -nous : le parti des politiques.

Publié dans Extraits du journal

Commenter cet article