Vendredi 24 septembre 2010 ; Mirebeau.

Publié le par Paul-Marie Coûteaux

Comme il serait agréable de laisser de côté dégoûts ou dépits pour regarder les signes d'espérance que l'époque, malgré tout, nous envoie de-ci, de-là : la réussite des voyages du pape, au Portugal récemment, aujourd'hui en Grande-Bretagne, ou la réussite du film "Des hommes et des Dieux", film "miracle" comme dit l'abbé de Tanouarn, et doublement : par son extraordinaire justesse et par son succès (il est en tête des entrées dès sa première semaine), si emblématique de l'actuel remuement des cœurs…  Parmi les dizaines de choses que je suis parvenu à faire à Paris la semaine (outre un bel enregistrement d'un hommage à PM gallois, avec Hervé Coutau-Bégarie en studio et, au téléphone, Marie-France Garaud, Christian Malis, biographe du Général, ainsi que Jean-Marie le Pen -diffusion le 29 septembre), il y a cette émission montée en quelques heures, avec NDA et Philippe Barré, qui, il y a dix ans, avait consacré à l'affaire des moines de Tibhirine un ouvrage aujourd'hui réédité : nous avons tous les trois fort bien honoré ce film admirable, qui est une sorte d'événement et que ce serait un devoir à tout Français d'aller voir… En lui-même, comme par son écho public, un puits d'espérances…

  

Mais il faut continuer à regarder à yeux ouverts le pire, une vie internationale plus violente, et plus effrayante qu'elle ne le fut depuis longtemps.

 

Rien ne le montre mieux que l'absurdité de la guerre que nous menons, ou du moins que nous faisons en Afghanistan, qui déploie mois après mois ses épisodes dans l'indifférence générale, même de peuples qui la font -quoi de plus grinçant, ces jours-ci, que ces ahurissantes élections législatives qui n'ont pour principal effet que de redoubler les violences, et finalement d'installer dans une fausse Assemblée nationale, élue par une minorité d'Afghans, des politiciens qui ne voient dans leur mandat qu'immunités et facilités commerciales -tout cela au nom de "l'implantation de la démocratie". Tout est absurde dans l'affaire, à commencer par le rôle qu'y joue la France, rôle d'ailleurs condamné par une majorité de Français, ce qui ne change rien… cela, je l'ai déjà écrit déjà, et le referai sans doute tant cette affaire, cette affaire là aussi me ronge; mais l'absurdité croit sans  cesse, et ces jours-ci encore, avec de nouvelles menaces terroristes, avérée ou pas en France même, mais confirmée ces jours-ci en Afrique, comme le confirme l'enlèvement de Français au Mali par une prétendue branche d'Al Qaida (en réalité une de ses contrefaçons) ; si l'armée française doit intervenir, c'est bien là, tant il est vrai que la stabilité politique, économique, démographique de l'Afrique importe infiniment plus qu'une guérilla dans les montagnes afghanes. Mais se pose ici une fameuse question : avons-nous assez de moyens militaires pour cette opération-là ? Elle dépasse de très haut le sort des deux messires journalistiques qui se sont faits pincés et avec lesquels on amuse la galerie…

 

Publié dans Extraits du journal

Commenter cet article