Vendredi 11 février ; Mirebeau.

Publié le par Paul-Marie Coûteaux

Dans quelle situation se trouve notre pauvre pays ! L’endettement du seul budget de l’Etat (ne parlons pas de celui des autres personnes publiques) approche 80% du PIB,  le taux de croissance est négatif en 2009 ( - 2,2%, soit la plus forte décroissance depuis 1944), le chômage officiel dépasse 10%, la désindustrialisation s’accélère… Encore tout cela n’est que la partie visible de la gangrène générale du pays, de son moral, de ses institutions, de ses services publics les plus névralgiques – Ecole, Justice, police, armées, etc…
Quant on songe à ce qu’ont raconté ces lascars sur les promesses de l’Europe en général et de l’euro en particulier, cela depuis sa création jusqu’à ces derniers jours : « L’Europe et l’euro nous protègent de la Crise, etc. ». En fait ce qui a limité les dégâts, jusqu’à présent, c’est l’emprunt, c’est à dire une inflation vertigineuse de la dette – les dégâts, de surcroit, ne sont pas si limités que les polichinelles le disent… C’est à se demander si la France fut jamais si maltraitée ; pourquoi faut il que ce peuple passe pour cocardier alors qu’il se donne sans cesse à l’étranger, et même à des rigolos qui lui sont  étrangers, jadis à un aventurier génois comme elle se donne aujourd’hui à un aventurier des Carpates, posé à Neuilly, et qui d’ailleurs lui ressemble, et qui finira aussi mal.

Publié dans Extraits du journal

Commenter cet article