Samedi 20 février ; Mirebeau.

Publié le par Paul-Marie Coûteaux

Hier, après une longue et fructueuse réunion du comité des Cahiers, en fin d‘après-midi, puis, en train, une conversation avec le sémillant G.N., jeune homme plein de savoirs et de ressources, retour enfin, tard dans la soirée, aux solitudes du prieuré.

Je commence aujourd’hui seulement, avec trois jours de retard, mon carême. Cette année mes règles sont simples, : elles tiennent en cinq interdictions qui ne sont pas hors de portée, mais que je voudrais suivre sans faillir –alors que je défaille presque chaque année, par épisodes. Pas une goutte d’alcool ; pas de viande rouge (viande blanche deux fois la semaine au plus) ; pas de tabac, sous quelque forme que ce soit ; pas de relations dites « amoureuses », bien entendu ; et pas de sucrerie, ce qui tout à l’heure, buvant mon café, me fut plus difficile que je ne l’aurais cru ! Mais je sais d’expérience, désormais, que ces petites disciplines pèseront de moins en moins à mesure que l’habitude s’en sera calmement installée. Et je vois de plus en plus clairement, aussi, le rôle que tient dans une vie humaine le souci diététique.

Publié dans Extraits du journal

Commenter cet article