Mardi 30 novembre 2010. Du froid - Victoire en vue.

Publié le par Paul-Marie Coûteaux

Froid glacial; il a même neigé à plusieurs reprises ces derniers jours, et la neige sur le jardin recouvre le monde d'un mystère redoublé -il la recouvre de sa plus pure splendeur. Je m'amuse depuis quelques jours à réussir ce qui était pour moi un tour de force il y a quelques jours encore: dans la grande cheminée du salon où j'ai installé pour l'hiver mon bureau, maintenir les braises toute la nuit, et n'avoir plus, au matin, qu'à poser deux feuilles de papier sous les plus incandescentes puis manier le soufflet; une seule allumette pour plusieurs jours de feu, de chaleur et de compagnie  douce. Mais le bûcher est exigeant : j'ai dû tout à l'heure braver une véritable tempête pour ramener de  la bûcherie des provisions de bois.

        Je ne trouve rien de mieux, pour résumer l'aspect politique de ces jours,  que de recopier ici mon éditorial pour la lettre du RIF de décembre.

"Le 16 novembre, l'inestimable Hermann von Rompuy, "président" de l'UE, déclarait à ses pairs : "Nous sommes dans une crise de survie, nous devons tous travailler à faire survivre la zone euro et si nous n'y parvenons pas, nous ne parviendrons pas non plus à faire survivre l'union européenne".  Survivre, ils en sont là ! Ainsi l'éventualité d'un système de l'euro en perdition est désormais envisagée par tous, nos prédictions s'avèrent les unes après les autres, et l'histoire avance.

Les lecteurs des Cahiers de l'Indépendance trouveront dans le n° 12  actuellement sous presse un article du Daily Telegraph, quotidien de Londres où l'on peut lire : "Désormais, c'est le projet européen tout entier qui risque de se désintégrer", et qu'"il ne faut pas beaucoup d'imagination  pour prévoir les effets sur l'entente en Europe". Pointant l'illogisme profond du système de l'euro, et l'inéluctabilité de ces "chocs assymétriques" que nous annoncions voici 18 ans, énumérant les avertissements des peuples, il conclut: "L’UE est devenue illégitime lorsqu’elle a refusé d’accepter le rejet de la Constitution européenne par les électeurs français et néerlandais en 2005. Il ne peut y avoir aucune justification à faire revivre ce texte sous le nom de traité de Lisbonne et le faire adopter de force par une procédure parlementaire qui n’était au fond rien d’autre qu’un putsch autoritaire (…) L’Irlande était le seul pays que sa Constitution contraignait à organiser un référendum. Quand cet électorat a également voté Non, l’UE a intimidé l’Irlande afin d’obtenir le bon vote. C’est le comportement d’une organisation fascistoïde. Si, par une ironie de l'histoire, l’Irlande enclenche la réaction en chaîne qui détruira la zone euro et l’UE, il sera difficile de résister à la tentation d’ouvrir une bouteille de whisky; mais il faudra y résister, car le cataclysme ne sera pas joli".

    L'heure n'est ni au whisky ni au champagne : cette situation doit au contraire  nous encourager à redoubler nos efforts afin de transformer cette victoire intellectuelle en victoire politique et, pour commencer, en force électorale. Soyons donc à la hauteur de ce moment historique capital où tout le crédo d'une génération se renverse, où basculera avec lui une classe politique qui a trompé notre peuple, insulté son vote, et à présent l'appauvrit. Si nous savons parler net et fort, nous serons de mieux en mieux écoutés, compris et suivis. Plus que jamais, mettons en œuvre les trois priorités  du RIF :

- intensifier notre campagne en faveur de la dénonciation des traités européens, notamment en diffusant toujours plus largement nos Cahiers (qui fournissent de précieux argumentaires), ainsi que le tract intitulé "Sortir de l'UE", dont nous faisons régulièrement de nouveaux tirages et dont nous tenons des paquets à la disposition de chacun. Ce tract doit être distribué dans les boites aux lettres et sur la voie publique, à la sortie des magasins, des usines des gares…

- faire des souverainistes le cœur de l'union des patriotes.  De grands bouleversements du paysage politique sont en vue. Nombre de militants, cadres et même élus UMP tiennent des propos proches des nôtres et quelquefois de ceux d'un Front National lui-même en voie de rénovation. Cette union, qui peut la faire mieux que nous, donnant à des réflexes encore novices les mots, la grille de pensée de la Légitimité, de la Souveraineté populaire et de l'Indépendance nationale. C'est le sens des "Etats-généraux de l'Indépendance" organisés le 6 janvier à l'Assemblée nationale sous l'égide des Cahiers par le RIF et Debout la République. Soyez-y nombreux !

- Préparer les échéances électorales de 2012, en particulier les Législatives, afin que, par une étiquette commune aux Patriotes, nous sachions donner une expression politique à la  colère de notre peuple. Portez-vous candidats, organisez vos équipes : que chacun prenne place dans la génération nouvelle, désormais seule en charge de l'avenir."

Publié dans Extraits du journal

Commenter cet article