Mardi 30 mars 2010 ; Mirebeau.

Publié le par Paul-Marie Coûteaux

A 20h30, le soir, sur France-Culture, je tombe souvent, malgré moi (c’est en général la fin du dîner) sur une courte émission dénommée « La Vignette d’Aude Lavigne », sommet du bobo gauchard, donneur de leçons et répétitif. Ce soir était invité un rappeur dont j’ai oublié le nom, furieusement banlieusard, as usual. M’apprêtant à tourner le bouton, j’entends ceci : la brave mame Lavigne ayant observé que l’artiste en question avait évolué, qu’il y avait de plus en plus, dans ses compositions, de « thèmes français » (son dernier album s’appelle « Résistance »), il rétorque : « Attention, y a maldonne : on croit qu’on est contre la culture française mais ce n’est pas ça : on est contre cette espèce de petite culture française minable qui est en fait américaine. » Et d’évoquer le discours de Malraux devant le Panthéon lors du transfert des cendres de Jean Moulin, qui lui a inspiré justement son titre : « Résistance ». Sic. J’en suis tout bouleversé.
On voit bien, devant cette soif, si folle d’espérance pour nous, l’urgence de donner la grande – la grande culture française. Hélas, les professeurs de gauche, pour lesquels ce pourrait être un beau défi n’en veulent pas ; elle est, n’est ce pas ?, obsolète. Livrons tout et tous au coca-cola. Mais quels renforts aurions-nous là !

Publié dans Extraits du journal

Commenter cet article