Mardi 26 octobre. Un mouvement contre les retraites, en effet, mais non point hélas contre la générale retraite de la France sur la scène du monde …

Publié le par Paul-Marie Coûteaux

Puisque  nous sommes incapables de discerner l'ennemi, reste à nous chamailler entre nous pour répartir les miettes -c'est au fond le sujet des retraites : comment organiser ce qui reste de ressources sur  fond de déclassement national ?

Puisque nous ne faisons plus de politique, au sens de la vraie politique qui est nationale, qui a pour instrument un Etat et pour objet la défense d'un peuple sur la scène du monde, puisque, en somme, nous sommes pris dans les sables, nous ne faisons plus que gigoter; et, comme quiconque est pris dans les sables, plus nous gigotons, plus nous nous enfonçons…

De ce point de vue, il est assez piquant que les journalistes évoquent de plus en plus souvent, à propos du mouvement social en cours la "mobilisation contre les retraites" : ce raccourci en apparence fautif est fort pertinent, car c'est bien les retraites que l'on torpille… Quand on songe qu'un manifestant, l'autre jour, disait : "déjà qu'on ne touche pas grand'chose"… Eh bien, soit : on ne touchera bientôt plus rien.



Publié dans Extraits du journal

Commenter cet article