La politique de la France ne se fait pas à la corbeille...

Publié le par Paul-Marie Coûteaux

... Même si la corbeille est devenu l'habitat écologique de la politique française qui n'a plus de vision nationale, d'esprit de grandeur. Elle préfère jouer contre son peuple par l'immigration, fusse-t-elle "choisie". Elle met en concurrence les salaires des autochtones et ceux de nouveaux arrivants qui voient la France comme un "El Dorado", et se détrompent vîte. Qu'il en faut du courage pour traverser deux continents et une mer ! Qu'il en faut de lâcheté pour dépeupler ces pays de leurs forces vives, o combien indispensables pour permettre à ces nations du Sud de se développer ! Comme le dit fort justement Eric Zemmour, entre la Droite et la Gauche : il n'y a qu'une feuille de papier à cigarettes. l'UMPS obéït aux dictats européens, faute de foi en sa propre nation.

 

 

 

 


Comme Louis le XIVème le prescrivait à son fils : " Il n'y a que le prince seul qui doive avoir la souveraine direction – des finances- parce qu'il n'y a que lui qui n'ait point de fortune à établir que celle de l' Etat, point d'acquisition à faire que pour l'accroissement de la monarchie… point d'autorité à élever que celle des lois, point de dette à payer que les charges publiques, point d'amis à enrichir que ses peuples."

Hélas depuis 41 ans, le Politique n'incarne plus la Res Publica, les intérêts particuliers lui sont dictés par les plus influents. Dans son ouvrage "Le Secret des jours" Philippe de Saint Robert relate la fin d'une entrevue avec Georges Pompidou, alors président de la République : Saint Robert lui ayant fait observer que l'immigration se développait un peu vite, G. Pompidou répondit : "que voulez- vous, le patronat m'en demande sans cesse davantage; il leur en faut sans cesse davantage". Sans commentaires...

Publié dans Vidéos

Commenter cet article