Jeudi 21 octobre; Belgique : la panne des Etats et le bel avenir de la guerre.

Publié le par Paul-Marie Coûteaux

Je ferais mieux de reprendre mes architectures géo-politiques -ce que je fais d'ailleurs ces jours-ci en revenant à mon essai sur la Belgique, à moitié écrit et mis de côté en 2008. Il remet en scène l'affrontement franco-allemand sous l'aspect le plus traditionnel qui soit, celui de la guerre -car je vois de mieux en mieux que la question belge n'est qu'une forme de la question allemande jamais réglée, et le ministre de l'énergie du gouvernement belge, wallon et socialiste, déclarant que, si la Wallonie devait être rattachée, ce serait plutôt à l'Allemagne, "plus riche et plus solide" m'incite fort à creuser de ce côté-ci. Relis dans ce but le prophétique essai de Philippe Delmas, "Le bel avenir de la guerre" (1995). Sa thèse : "désormais les guerres ne naissent pas de la puissance des Etats, mais de leur faiblesse (…) La panne des Etats assure l'avenir de la guerre", s'applique parfaitement à la Belgique…

Publié dans Extraits du journal

Commenter cet article