Jeudi 14 janvier deux mil onze

Publié le par Paul-Marie Coûteaux

Mirebeau retrouvée -et force courriers, journaux, documentations nouvelles sur la Belgique, où la situation s'envenime de nouveau, et que je reprends à petit feu…


Complet enlisement gouvernemental en Belgique; incertitudes politiques et violences en Haïti; déstabilisation durable de la Côte d'Ivoire (où la partition paraît de moins en moins improbable), enlèvements de Français au Mali et au Niger, émeutes en Algérie et en Tunisie, où d'ailleurs l'affaire a l'air grave : ces sept pays font l'actualité et ce sont sept pays francophones. Coïncidence, sans doute -mais je trouve que, dans ces affaires, Washington met beaucoup son nez…


A propos de deux jeunes compatriotes pris en otages au Niger par des bandes de nomades sans doute plus ou moins affiliés à l'AQMI, et qui ont trouvé la mort au cours d'une opération de nos armées tentant de les libérer, les commentaires des Français de la rue sont assez étonnants : on accable

tantôt lesdites bandes, tantôt l'impéritie du gouvernement du Niger, tantôt nos propres forces armées, jamais la naïveté de ces jeunes agneaux, dont l'un allait épouser une jeune nigérienne. Sans doute étaient-ils aimables, idéalistes et chevaleresques (l'un se vouait à "l'humanitaire"), mais comment peut-on à ce point faire abstraction de ce fait jamais rappelé : aussi longtemps que la France participera à la guerre que mènent les Etats-Unis en Afghanistan, guerre qui fait un nombre incalculables de victimes parmi les civils (d'autant plus innocents, eux, qu'ils sont chez eux,), il se trouvera nécessairement nombre de musulmans pour regarder la France comme adversaire et ses ressortissants comme un ennemi. Pour les chefs de ces bandes, ou de ces milices, viser ces jeunes gens, c'est atteindre Sarkozy, c'est à dire un lieutenant de Washington. Comment peut-on rester aveugle ou indifférent devant la guerre que mène son pays contre un peuple et aller se balader parmi les amis dudit peuple en chemises à fleurs ?

Publié dans Extraits du journal

Commenter cet article