Dimanche 12 décembre 2010. - l'Eglise est nue. Wikileaks, suite.

Publié le par Paul-Marie Coûteaux

Tout à l'heure, dans l'église de Mirebeau, pour la grand'messe, nous étions cinquante-deux fidèles. J'ai compté : onze enfants, dont quatre de chœur, huit hommes, 33 femmes, tous "d'un certain âge". Notre bon Père Gourrichon fit son prône sur la "joyeuse espérance", thème dont nous avions parlé à propos d'"Espérer contre Tout" qui lui a inspiré bien des commentaires. C'est alors que tout paraît perdu qu'apparut l'Espérance. Certes…

 

Wikileacks suite; l'ignominie du procédé étant dite, nous apprenons tout de même quelques petites choses, ou plutôt, nous voyons nombre d'intuitions ou informations parcellaires confirmées, dont on peut tirer bien des enseignements; notamment sur le dossier déjà lourd de la sujétion de la France aux caprices de l'Empire sous l'ère Sarkozy, qualifié par une dépêche états-unienne comme le plus "américanophile" des présidents de la Vème République. Il n'est pas étonnant d'apprendre que la diplomatie états-unienne ait connu dans leurs détails les voies de financement des partis politiques français par quelques présidents africains, notamment Omar Bongo -notamment la carrière dudit Sarkozy. La confirmation n'est pas anodine, certo. Voilà bien une façon de tenir nos petits homme politiques : il suffit que l'ambassade des Etats-Unis laisse filtrer auprès des journaux amis (elle en a tant!), des informations de ce genre, pour ruiner qui elle veut. On comprend qu'ils se tiennent à carreaux…

Publié dans Extraits du journal

Commenter cet article